Oranje amère

Après les éliminations des outsiders Polonais et Russes la veille, les Pays-Bas disent adieu à l’Euro 2012 après leur troisième défaite consécutive (1-2 face au Portugal)

La sélection Oranje, finaliste de la Coupe du Monde 2010, 2ème nation au classement FIFA et à ce titre présentée avant la compétition comme favorite, en compagnie de l’Allemagne et de l’Espagne, passe donc à la trappe dès la phase de poule. Le tirage au sort n’avait certes pas été clément avec la sélection de Bert Marwijk – la plaçant dans la fameuse « poule de la mort » en compagnie de l’Allemagne, du Portugal et du Danemark – mais son zéro pointé durant la phase de poule qui fera d’elle à coup sûr l’une des trois dernières nations de cet Euro constitue un énorme coup d’arrêt pour un groupe qui abritait entre autres les meilleurs buteurs de Premier League (Van Persie) et de Bundesliga (Huntelaar), l’ex-futur ballon d’or 2010 (Sneijder) et l’un des éléments-clé du Bayern de Munich finaliste de la dernière C1 (Robben).

Ce grand écart entre le statut de la sélection batave et son rendement durant cette compétition ne s’explique donc pas par un manque de talent, tant l’équipe en regorge, mais avant tout par des carences collectives pointées du doigt lors de ses deux premières rencontres. Le manque de liant entre les lignes fut criant, tandis que la complémentarité du quatuor Van Persie – Robben – Sneijder – Afellay, aligné d’entrée face au Danemark et à l’Allemagne était inexistante, tant chacun de ses membres privilégiait avant tout l’exploit individuel à la construction. Et ce dernier match n’aura montré aucune progression dans l’expression collective hollandaise, bien au contraire…

Une formation ambitieuse, ou déraisonnable ?

L’équipe ultra-offensive alignée au coup d’envoi par Bert Van Marwijk avait de quoi soulever des interrogations. Comment une équipe brillant jusqu’ici par son manque d’implication collective allait-elle pouvoir s’articuler de manière cohérente avec cinq joueurs offensifs (Huntelaar, Van Persie, Sneijder, Robben et Van der Vaart) et le seul Nigel De Jong comme vrai récupérateur devant sa défense à quatre ? Si la question pouvait se poser, le match n’apporta pas de réponse. Car l’équipe Oranje ne fut que la caricature d’elle-même, à savoir une équipe pétrie de qualités mais dont l’individualisme footballistique à outrance qui l’a caractérisé dans cette compétition aura eu raison.

Tout avait pourtant bien commencé pour des Bataves qui pouvaient mathématiquement espérer encore se qualifier au coup d’envoi. Le rêve commença à prendre forme dès la 11ème minute grâce à une ouverture du score superbe de Rafael Van Der Vaart. Le joueur de Tottenham décocha une frappe du gauche lumineuse des vingt mètres pour battre le portier lusitanien, venant ponctuer le bon début de match de son équipe, qui arrivait à bien combiner dans la moitié de terrain adverse grâce à sa qualité technique. Mais si les velléités offensives des hollandais demeurèrent par la suite, la cohérence dans le jeu disparut, elle, peu à peu. Ses joueurs offensifs furent attirés comme jamais vers le but adverse dans l’espoir d’accentuer une avance alors insuffisante pour espérer se qualifier, Van der Vaart montant d’un cran sur le terrain, quittant son poste de numéro 8 et laissant De Jong seul pour récupérer et bien ressortir les ballons. Et comme ni Sneijder, positionné milieu gauche, ni Van Persie jouant derrière l’attaquant de pointe ne sont venus compenser ces montées, l’équipe Batave s’est rapidement trouvée coupée en deux.

Le Portugal aura su tirer parti de ces circonstances pour mettre son jeu en place et multiplia les occasions de buts par Cristiano Ronaldo, par deux fois (frappe sur le poteau, 16ème; tête captée par Stekelenburg, 24ème) et Postiga (Face-à-face perdu, 18ème). Et ce qui devait arriver arriva à la 28ème minute. Cristiano Ronaldo bénéficia d’un superbe appel/contre appel de Postiga qui fit monter la défense adverse pour prendre la profondeur et battre Stekelenburg du pied droit, ouvrant son compteur but dans la compétition et ébranlant le semblant de confiance Batave. Car cette égalisation aura définitivement coupé l’équipe adverse en deux, dont la défense esseulée aura contenu tant bien que mal les offensives adverses. L’espoir hollandais ne perdurait alors que grâce au manque de précision et/ou de réussite adverse (Nani manquant le cadre des 20 mètres à la 31ème, Veloso l’imitant sur coup Franc à la 38ème, Ronaldo frappant à côté après un superbe contrôle dans la course à la 41ème) et grâce au talent de son portier (frappe de Ronaldo des 35 mètres captée par Stekelenburg à la 33ème, arrêt sur une reprise de volée de Coentrao à la 66ème).

Van Marwijk persiste et signe

Mais le tournant du match vint du banc de touche, lorsque Van Marwijk voulut jouer l’attaque totale en remplaçant son latéral gauche Willems par Afellay à la 67ème. Sept minutes plus tard, le Portugal partit en contre-attaque rapide après une récupération au niveau de ses seize mètres cinquante pour jouer 50 mètres plus loin un quatre contre trois, Nani prenant parfaitement le trou côté droit laissé béant par la sortie de Willems pour servir Cristiano Ronaldo plein axe qui marqua de près après avoir crocheté son défenseur. Les Pays-Bas, totalement désorganisés sur le plan tactique, n’auront pas été en mesure de revenir au score, malgré la superbe frappe du droit de leur capitaine Van Der Vaart sur le poteau (83ème), qu’un Cristiano Ronaldo retrouvé imita à la 90ème après avoir profité une ultime fois des largesses défensives adverses.

Ce match face au Portugal, ultime espoir de qualification pour les Pays-Bas ayant pris la forme d’un baroud d’honneur au vu de la composition de l’équipe au coup d’envoi ponctue donc un Euro 2012 catastrophique pour la seconde nation au classement FIFA, qui laisse filer dans cette poule B l’Allemagne et le Portugal vers les ¼ de finale de la compétition. Si la sélection Oranje devrait se remettre de ce terrible camouflet au vu des talents qui la composent – comme elle l’avait réussi après sa non qualification pour le mondial 2002 – la faiblesse collective dont elle aura fait preuve dans cet Euro nécessitera à n’en pas douter de faire des choix clairs, quitte peut-être à se passer à l’avenir de certains cadres pour incorporer une nouvelle génération talentueuse.

  1. avatar
    19 juin 2012 a 16 h 37 min
    Par RAF

    Good article

  2. avatar
    19 juin 2012 a 18 h 30 min
    Par Ju33

    Merci à toi Raf

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retrouvez Your Zone sur

Compatible Smartphone & Tablette

Iphone & iPad

Abonnez-vous à la Newsletter